Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Alain TANGUY
  • Le blog de Alain TANGUY
  • : Le blog de Alain TANGUY
  • Contact

Recherche

2 novembre 2016 3 02 /11 /novembre /2016 21:25

C’est l’heure, celle de me lancer, oui d’y aller, de vraiment vider mon sac et oser dire ce qui doit l’être. Pourtant, j’ai essayé de le dire, j’ai essayé de vider mon sac, avant ce jour, plus d’une fois. Pendant des années, aller la voir pour lui parler, pour lui dire, pour lui expliquer, pourtant jamais un mot de sorti, voulait elle l’entendre ?

Il me semble que non, qu’elle voulait rester dans un autre monde, celui où jamais elle ne saurait. Celui, surtout, où aucune remise en question, aucune remise sur le tapis de ce qui a été. C’était plus simple, surtout pour elle, pour éviter de se dire je n’ai pas vu, pour éviter de se dire j’aurai pu faire autrement, j’aurai du voir, j’aurai pu … mais le souci, malgré le nombre d’années passés, jamais elle n’a voulu savoir, jamais elle n’a voulu m’écouter.

Pourtant, chaque jour j’étais là, allant la voir, espérant pouvoir enfin lui parler, qu’elle me laisse dire ce que je cache depuis tant d’années. C’est vrai que tout le monde m’a jugée, dans ce monde d’hommes où la femme a à se taire, comment faire autrement ? J’aurai tant voulu lui parler, qu’elle me pardonne enfin, qu’elle ose me comprendre.

Malheureusement, jamais pu lui parler et maintenant elle s’en est allée, elle est loin, bien loin, dans l’autre monde, celui d’où personne pour revenir pour en parler. J’ai pourtant essayée de lui parler, j’ai voulu mais en sa présence je savais que me taire je devais.

Pour elle ? Expier je devais, j’étais en faute pour elle. Le pire ? C’est d’elle qui m’a enfantée, c’est elle qui m’a fait naître, qui de pousser et de crier m’a fait sortir en ce monde et permis de vivre ici bas. Oui, c’est à elle que je voulais parler, ma Mère, ma Maman ?

Maman ? Depuis tant d’années, à me taire, à vouloir parler, puis encore l’appeler Maman ? Pour elle je suis en tort, c’est moi qui ai tout fait. A-t-elle pensée autrement en certains temps ? Possible de le savoir ? Personne pour me le dire et elle est partie.

Fatiguée je suis, de ce silence que j’ai du poser, non par envie mais à qui parler ? A ces enfants que j’ai enfantés et qui sont loin maintenant ? A ces enfants qui jamais ne pourront comprendre. C’est vrai, ce monde est loin de ce que j’espérais avant cela, avant ce qui s’est passé. Colère envers lui, envers ce monde où je suis née.

Oui, je suis en colère, une justice qui écoute uniquement les hommes, qui donne tort aux femmes. Oui, même si la condamnation s’est passée, il a été exilé, oui c’est vrai,  seulement moi aussi j’ai trinqué. Je me suis vue enlevée cet enfant que j’avais de lui, je me suis vue avec étiquette de traînée, oui car toute femme abusée est en faute.

En faute pour cela ? Oui, aux vues de ma mère, aux vues du monde, des autres. Tout le monde en parle, c’est elle, celle qui est partie avec lui, qui s’est enfuie. A 18 ans, à l’époque, aucune maturité et surtout pas être libre, il faut  3 ans de plus pour être libre.

Pourtant, personne pour savoir ce qui s’est réellement passé. C’est vrai que la nuit, des choses arrivent, des choses dont je voudrais que jamais ne soient. Pourtant, rien que pour elle, pour ma sœur, je laisse faire, je laisse ce pervers faire, je me laisse faire, personne de toute façon pour m’écouter.

Personne pour comprendre ? Oui, personne pour comprendre que je suis parti pour elle, pour la protéger, pour protéger ma sœur, pour éviter qu’une seule soit deux. De toute façon, pour lui, une ou deux, deux jeunes en plus de la Mère, que du bonus.

Personne pour m’écouter ? Oui, à cette époque là qui m’aurait écoutée ? J’ai voulue parler, j’ai voulue, mais qui pour me croire ? Oui, si homme veut, que peut dire une jeune fille ? L’homme a toujours raison.

Je le hais  mais personne pour m’écouter. Ma sœur sait, elle se tait, comme les autres. Elle se tait car nous en avons décidées comme cela. Qui pourrait nous croire ? Qui voudrait nous écouter ? Si mon père était encore vivant …

Mais il est parti, il est là haut, parti à jamais et nous laissant. Ma Mère a prit autre mari, sans penser que, sans pouvoir imaginer que … pourtant si elle avait sue …

Personne pour m’écouter, pour me croire, pour penser autre chose que moi coupable, que ma faute si je suis partie avec lui, personne pour croire autre chose …

Qui me croira un jour ? Pourtant, moi, elle, d’autres, je sais que pour d’autres c’est la même chose, un homme, des hommes, des femmes même, pour pouvoir détruire l’innocence de qui j’étais, de qui elles étaient !

Mon Dieu, y croire un jour encore après ce qui m’est arrivée ? Quelle est cette justice divine et des hommes qui laissent faire ? Pourtant, je n’ai point pêchée, juste sauver ma sœur et arrêter tout cela !

Oui, qui sera là pour m’aider ?

Partager cet article

Repost 0
Published by Alain TANGUY
commenter cet article

commentaires