Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Alain TANGUY
  • Le blog de Alain TANGUY
  • : Le blog de Alain TANGUY
  • Contact

Recherche

26 octobre 2016 3 26 /10 /octobre /2016 15:39

Oui, voilà une question qu'il est possible de se poser, Père ou Papa, mais avant de répondre il serait peut être intéressant de définir les deux.

Qu'est ce qu'un Père ?
C'est ce que j'appelle en fait un géniteur. C'est lui qui permet, par l'acte de procréation, de déposer une semence dans le ventre d'une femme pour avoir un enfant. Nous dirons que ce genre de choses peut se faire pour plusieurs raisons, sachant qu'un père le fait en général pour le plaisir ressenti lors de l'acte.

Qu'est ce qu'un Papa ?
Là nous allons un peu plus loin dans la conception, sachant qu'il est aussi possible d'être dans ce cas sans pour autant être le géniteur de l'enfant. C'est l'homme qui va donner l'amour à l'enfant qui voit le jour. 

Je pense qu'il est important, de voir la différence entre les deux car dans notre société combien sont réellement Papa ?

Je sais, certaines fois, nous pourrions penser que nous sommes simples Pères, tout simplement car nous sommes maladroits, nous sommes désorientés par rapport à ce petit bout de chou qui vient de naître. Certains diront, aucune expérience,  cela va être dur, impossible ...

Pourtant, l'enfant qui vient de naître a surtout besoin d'une présence. Il a besoin d'attention, tant pis si c'est des fois maladroit. Il veut simplement du temps, de l'écoute, de l'action face à la vie.

Ce qui est dommage ?
Certaines fois, la place est difficile à prendre. Le couple est déchiré, les disputes vont entre les parents, la guerre fait loi. L'enfant est au milieu, l'enfant tant désiré par l'un, l'autre ou les deux, il est là et il est perdu.

Perdu ?
Oui, car au lieu de faire ce qu'il faut pour que cet enfant puisse avoir l'amour de ses deux parents, il devient le terrain de guerre pour régler ses comptes avec l'autre. L'autre est ceci, il est cela, il a fait ceci, il a fait cela. Dans tout cela, l'oubli que l'enfant a ses deux parents qu'il aime et qu'il veut simplement garder les deux auprès de lui.

Difficile ?
Il suffit juste de se dire, qu'est ce qui est le mieux pour mon enfant ? Je suis Papa aussi, même si j'ai des lacunes, je peux donner le peu que je peux. 

Nous devrions ?
Dans une séparation, se rappeler que l'enfant a besoin de ses deux parents, se rappeler que dans le monde d'avant le respect se faisait par rapport à cet être désiré qui est là maintenant.

Combien ?
Oui, combien d'enfants à souffrir de ce combat entre deux adultes ? Oui, l'autre a fait ceci, il a fait cela, mais moi, l'autre que je suis, suis je mieux ? Est il possible de se rappeler que, même si l'autre a fauté sur une chose ou une autre, la réciproque est peut être vraie ? Pourquoi faire souffrir cet enfant qui est mien ? Cela va t'il m'aider ou l'aider cette violence et colère entre les deux ?

Père ou Papa ?
Pour ma part, j'ai fais ce que j'ai pu pour être les deux. Malheureusement, pour des raisons de disputes d'adultes, de rapport de force entre deux adultes, pour avoir raison, j'ai été moins présent pour mes enfants.


Rappelez vous que vous voulez le bien de votre enfant, si vous voulez être Papa !

Repost 0
Published by Alain TANGUY - dans zen
commenter cet article
18 novembre 2015 3 18 /11 /novembre /2015 18:40

Depuis que je suis petit, j'entends dire qu'il faut faire attention, qu'être gentil comporte des risques. Oui, des risques car être gentil cela veut dire être la proie des autres car ils se servent de cette gentillesse pour avoir ce qu'ils veulent de vous.

Pourquoi ?
Certaines fois, il pourra être répondu : si tu es gentil, les gens reviendront vers toi pour plus de choses, pour avoir plus, pour même te déposséder de ce que tu as.

Mais qu'ai je ?
Oui, qu'ai je de si important pour que les gens puissent me déposséder de ce que j'ai ? Ce que je donne, c'est de l'attention, de l'affection, un peu de temps, une chose qui manque à l'autre. Des fois faire pour l'autre, en lui expliquant, pour qu'il puisse faire ensuite.

Alors qu'est que cette fameuse faiblesse ?
C'est vrai, quand nous parlons d'avoir, de ce que je possède de valeurs, là souvent les gens voient cette fameuse faiblesse. Certains, souvent, ont peurs car ils tiennent tant à ce qu'ils ont qu'ils pensent que le partager pourrait leur nuire.

Mes valeurs ?
J'ai oublié de vous le dire, les vrais valeurs que j'ai, elles sont autres que monétaires, ce sont des règles de vie que j'ai appris du Yoga, certains les ont appris d'un Père, d'une Mère, d'un Papa, d'une Maman, désolé mais pour moi c'est le Yoga. Ces valeurs sont celle de respect d'autrui et de moi-même.

Si je note ?
Oui, si je note ces valeurs de respect des autres et de moi-même, je note bien de respecter les autres avant, notant bien que j'évite de m'oublier, notant moi-même ensuite.

Pourquoi ?
Tout simplement car je fais attention à respecter ceux qui m'entourent et si je mets les autres en avant, c'est pour autre chose que m'oublier, c'est simplement car je fais attention pour vivre en harmonie avec ce qui m'entoure, avec les gens ainsi que les animaux et la terre elle-même.

Oui ?
Gentil sans être faible, cela veut dire être gentil en osant donner ce que je peux, en osant prêter quand je peux. C'est aussi savoir que si je manque de respect aux autres, c'est à moi que je manque de respect car je fais à autrui ce que je refuse qui soit fait pour moi !

Alors ?
Gentil, c'est tout sauf être faible, c'est être ouvert et savoir dire oui et aussi dire non, savoir aussi pardonner, sans se laisser, pour autant, ensuite berner. C'est être dans le respect des autres et de moi-même.

Alain TANGUY

Repost 0
Published by Alain TANGUY - dans zen
commenter cet article
12 juin 2015 5 12 /06 /juin /2015 14:51
Le karma, une notion mal connue !

Le mot karma peut faire couler bien des litres d’encre, savoir d’où il vient déjà, le Yoga étant une origine, ma foi, qui semble honnête, même si d’aucuns peuvent le placer ailleurs, sachant que l’important est que ce soit un mot qui amène la réflexion.

Pour le situer, il faut placer une échelle de temps car, sans le temps, la notion du karma est inexistante car elle se définit en rapport avec des actions passées qui, osons le dire, entrainent des actions dans le présent qui nous donneront des probabilités de futurs possibles.

Une des raisons est, vous vous en doutez, le fait que le mental conserve en mémoire ce qui a été vécu, souvent gardant plus facilement les traumatismes, mêmes si parfois ceux-ci sont cachés, et les moments de grande émotion. Ce mental est là pour structure les bases pour pouvoir agir en fonction de ce qui est connu, tout en essayant de vivre aussi en fonction de l’inconnu, essayant de trouver l’équilibre le meilleur pour bien vivre.

Le karma est en fait cette action que nous menons dans l’instant présent en fonction de ce que nous connaissons, se basant à la fois sur une vie ou sur des vies, sachant que pour ceux qui croient à la réincarnation, nous allons de vie en vie pour apprendre, notant cette idée de karma négatif et positif.

Le kama négatif, comme vous pouvez bien le penser, est en rapport avec des actions dites négatives que nous aurions faites dans des vies passées qui doivent être, d’une certaine manière expiée dans la vie où nous vivons, préférant pour ma part plutôt penser à une compréhension de ce qui a été fait, cette compréhension passant automatiquement par le fait d’aller au plus profond de ce qui a été fait.

La meilleure manière de pouvoir assimiler ce karma négatif se trouvant dans le fait de vivre, dans certains cas, la situation de victime après avoir bourreau, ou tout simplement de pouvoir voir et vivre la chose d’un angle différent qui permet de comprendre ce qui passe pour de la négativité dans ce qui a été commis dans une vie.

Notant, tout de même, que ce type de nomination se trouve être une idée assez péjorative car qui peut prétendre que quelque chose soit positive ou négative ? Le tout, rappelons-nous, que chaque nouvelle vie amène des règles de vie différentes en fonction de l’époque, donc des vérités différentes qui, peuvent choquer en rapport les unes avec les autres.

Nous pourrions prendre, pour exemple, le fait que les femmes avaient moins de droit qu’avant et que l’homme avait même le droit de vie et mort sur sa femme à certains siècles, sans oublier les droits des enfants qui sont vraiment récents.

C’est pourquoi, même si nous parlons du karma positif, il est important de noter que celui-ci est positif en fonction des règles de vie dans une vie. Ce karma positif est donc des actions positives qui rachètent des erreurs de vies passées, passant surtout par la compréhension d’une plus grande ouverture de cœur.

Il faut bien aussi savoir que tout dépend de l’ouverture de cœur et que nous vivons tous des épreuves pour nous faire comprendre des leçons, un peu comme un enfant allant à l’école, sachant que dans le cas du karma, la leçon va être répétée tant que la leçon est incomprise !

C’est pourquoi nous voyons des gens facilement rouspéter de situations de vies, targuant les autres pour ce qu’ils vivent se sentant victimes sans chercher à comprendre ce qu’ils pourraient faire pour que tout avance pour eux, s’enfermant dans des idées qui font que la leçon non apprise revient en boucle pour qu’il puisse, un jour comprendre, ces leçons étant alors de plus en plus visibles pour qu’ils puissent facilement avancer.

Donc, osons le dire, le karma est une notion en rapport avec une compréhension qui doit être de ce qui a été vécu, pour comprendre ensuite ce qui doit être vécu et ce que produira chaque action en rapport avec ce qui est fait.

Alain TANGUY

Repost 0
Published by altan - dans zen
commenter cet article